Adapter l’action sociale aux territoires

DÉCOUVREZ L’YONNE
Solidarités

Adapter l’action sociale aux territoires


Les Unités territoriales de solidarité effectuent un travail de proximité en relation étroite avec les élus locaux et adaptent leur intervention à leur territoire.

Chef de file des politiques sociales et médico-sociales, notamment en matière d’autonomie, d’enfance et de famille, d’action sociale et d’insertion, le Département s’est engagé à rendre plus lisible son action à l’échelle des communes et des intercommunalités. Un dialogue plus soutenu avec les acteurs locaux est engagé.

Les six Unités territoriales de solidarité (UTS), qui assurent le déploiement de ces politiques sociales et offrent aux habitants des réponses de proximité, ont rencontré les maires à travers différents formats : présentation de leurs missions et de leurs services (lors de réunions d’information, de rencontres individuelles, présence aux réunions cantonales), appui aux élus locaux dans leurs projets (réflexion, consolidation, structuration, financement), structuration d’un réseau d’élus.

« Les Unités territoriales de solidarité deviennent de véritables têtes de pont des politiques sociales du Département et développent leurs propres projets de territoire en lien avec le siège, les partenaires et les élus » explique Sylvain Chevron, adjoint au directeur général adjoint du pôle des Solidarités départementales. Si la stratégie départementale se base sur un socle commun, elle doit en effet se décliner pour mieux s’adapter à la singularité de chaque territoire.

UTS : UN SERVICE PUBLIC DE PROXIMITÉ

Les six UTS accueillent et informent, repèrent les difficultés, évaluent les situations et accompagnent les familles dans l’accès aux droits, l’éducation, la prévention de l’exclusion, le handicap, la vieillesse. Ses trois services travaillent en lien étroit avec l’ensemble des partenaires du territoire.

  • Service social : le travailleur social investit avec la personne concernée l’ensemble des difficultés ou des problématiques repérées : accès aux droits, emploi, logement, handicap, vieillissement, violences faites aux femmes, éducation, budget, santé, etc. Il est son référent durant toute la durée de l’accompagnement.
  • Service enfance-famille : il porte un accompagnement éducatif des mineurs et des familles en difficulté, sous couvert d’un mandat administratif (sollicitation et adhésion des personnes) ou d’un mandat judiciaire. Cet accompagnement est assuré en propre (éducateurs et assistants familiaux) par le service ou coordonné lorsqu’il est délégué.
  • Protection maternelle et infantile : les professionnelles de santé (infirmières, puéricultrices, sages-femmes…) organisent des consultations et des actions médicosociales de prévention et de suivi en faveur des femmes enceintes, des parents et des enfants de moins de 6 ans, ainsi que des activités de planification familiale et d’éducation familiale.
ENTRE LE MAINTIEN À DOMICILE ET LA MAISON DE
RETRAITE, LES PROPOSITIONS SE MULTIPLIENT POUR
PERMETTRE AUX PERSONNES DE CONSERVER LEUR AUTONOMIE.

Au cœur du village de Carisey, une ancienne ferme a repris vie. Rénovée par l’établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) Le Clos des Chevannais, elle affiche son identité : « Les logis de la Millotière ». À quelques pas de la boulangerie et du restaurant d’un côté, du point Poste et de la mairie de l’autre, elle va permettre aux seniors qui s’y installeront de bénéficier à pied de tous les services de la commune(1). Trois logements de plain-pied, accessibles aux personnes à mobilité réduite, avec cuisine réglable en hauteur, y ont été créés, d’une superficie de 76 à 136 m2, avec terrasse pour deux d’entre eux et cour commune. « Nous essayons de répondre aux besoins de seniors qui enregistrent une petite perte d’autonomie et dont le logement ou le lieu de vie n’est plus adapté, explique Maud Capitain, directrice de l’Ehpad de Carisey. Ce ne sont pas des habitats inclusifs au sens où il n’y a pas de lieu et de programme d’animation, mais ce sont des logements autonomes et indépendants et nous projetons de proposer aux locataires des prestations qui existent à l’Ehpad : participation aux animations quotidiennes, repas avec les résidents… »

LE DÉPARTEMENT SOUTIENT L’HABITAT INCLUSIF
Le Département et la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) ont octroyé à cinq porteurs de projet(2) une « aide à la vie sociale et partagée » dans le cadre de la création d’ « habitats inclusifs » (deux pour personnes âgées à Monéteau et Quarré-les-Tombes et trois pour personnes en situation de handicap à Auxerre et Sens, soit 62 personnes concernées). Les logements proposés sont individuels (il pourrait également s’agir de colocations), adaptés à la perte d’autonomie et intégrés à la société. L’ « aide à la vie sociale et partagée » permet de financer un temps d’animateur pour mettre en place des activités variées prenant en compte les besoins et envies de chaque habitant.

ARTICLES CONNEXES
Conférence des Financeurs – Prévention de la Perte d’Autonomie de l’Yonne : Appel à Manifestation d’Intérêt
Conférence des Financeurs – Prévention de la Perte d’Autonomie de l’Yonne : Appel à Manifestation d’Intérêt

La Conférence des Financeurs lance un Appel à Manifestation d’Intérêt Axe 1 du 23 février 2024 au 31 mars 2024.

1600 850 Yonne le département
Atelier d’écriture ludique et créative : Les Haikus
Atelier d’écriture ludique et créative : Les Haikus

Le 28 février 2024, plongez dans l’univers envoûtant du haïku japonais à la Bibliothèque Jacques-Lacarrière.

1414 2000 Yonne le département
Loto de l’Am’Icaunaise
Loto de l’Am’Icaunaise

L’Am’icaunaise vous invite à son grand loto qui promet d’être une journée pleine d’adrénaline et de récompenses !

1414 2000 Yonne le département

AIDES ET SERVICES

LES PLUS DEMANDÉS

TROUVER UNE ASSISTANTE
MATERNELLE

PRÈS DE CHEZ SOI

Cette page a pour objectif d’aider les parents à trouver une assistante maternelle agréée disponible dans le département de l’Yonne.

1920 1070 Yonne le département