Bienvenue sur le site Internet du Conseil Départemental de l'Yonne

Travaux ponts de Rogny-les-Sept-Écluses

Des travaux sur les ponts

Des travaux sur les ponts

Les problèmes structurels et d’étanchéité sont les premières pathologies dont peuvent souffrir les ponts.

En mars et avril, quatre ponts ont fait l’objet de travaux d’étanchéité : à Theil-sur-Vanne, Lucy-le-Bois et Rogny-les-Sept-Écluses (deux ouvrages sur la RD 90). L’objectif : préserver leur structure afin d’éviter une détérioration nécessitant ultérieurement des travaux plus lourds et onéreux.

Chaque année, le Conseil départemental consacre un budget global de 650 000 € aux inspections, études et réparations des ouvrages d’art (hors grosses opérations comme la déviation de Sens, les ponts de Cézy et de Pont-sur-Yonne). Cela permet la réalisation de quatre à cinq chantiers par an.

Les opérations d’étanchéité sur les ponts de Blannay, Pacy-sur-Armançon (dans la suite des travaux de réparation de 2016) et Migennes (deux ouvrages concernés) sont prévues pour être réalisées prochainement. La programmation de tels travaux découle de la surveillance régulière assurée sur le terrain par les six agences territoriales routières. "Chaque agence effectue un entretien annuel des ouvrages présents sur son territoire (nettoyage des fils d’eau, suppression des herbes, de ce qui peut dégrader les joints…) et passe en revue l’ensemble de son patrimoine tous les trois ans, explique Jacques Legros, responsable du service Études et Travaux. En fonction de l’état des ouvrages, noté de 1 à 3, elles nous alertent et nous déclenchons des diagnostics plus approfondis. À partir de cela, nous priorisons les travaux, qui sont réalisés dans le respect des règles environnementales (loi sur l’eau, protection des chauves-souris…) et architecturales (monuments historiques)".

Les principales pathologies rencontrées sont les écartements de bandeaux(1) (l’ouvrage s’ouvre du fait du poids, donc il faut mettre en place des tirants pour resserrer les tympans ; c’était le cas à Villefargeau), les problèmes d’étanchéité, l’affouillement sous les piles (érosion provoquée par le courant, comme à Pacy-sur-Armançon) ou la corrosion sur les ouvrages métalliques. "Les circulations ont considérablement augmenté et certains convois exceptionnels pèsent jusqu’à 250 tonnes, souligne Christophe Gapilian, responsable du bureau d’études et du suivi de travaux sur les ouvrages d’art. Chaque passage de tels convois fait l’objet d’une sollicitation préalable auprès des gestionnaires de voirie. L’année dernière, nous avons émis 300 avis pour nos collègues du centre d’information et de gestion du trafic. Les ponts construits au XVIIIe ou au XIXe siècle n’ont pas été conçus pour ça…"

(1) Parties extérieures du pont qui font la liaison entre le tympan, partie latérale qui soutient le remplissage du pont en maçonnerie, et la voûte.

Les ouvrages d'art en chiffres

1 127 ponts, soit 271 000 m2 de surface de tablier
200 murs de soutènement
1 tunnel (de Saint-Moré)

Photos : à Rogny-les-Sept-Écluses, les ouvrages ont été décaissés et une membrane placée sous la chaussée.

Page mise à jour le mercredi 24 mai 2017

Modules

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Site