Bienvenue sur le site Internet du Conseil Départemental de l'Yonne

Collèges : les élus préparent l’avenir

Collèges les élus préparent l’avenir

Le 12 avril dernier, le Conseil départemental a pris la décision, à la majorité absolue de ses membres, de ne pas réhabiliter le collège Bienvenu Martin à Auxerre. Les élus ont également acté une réflexion portant sur les établissements d’autres territoires. Le président, Patrick Gendraud, revient sur les arguments qui ont amené à faire ces choix.

Quelle est la problématique rencontrée par le collège Bienvenu-Martin à Auxerre ?

Patrick Gendraud. À la suite de la chute d’une fenêtre dans une salle en raison de violentes rafales de vent, l’établissement fait l’objet de mesures de sécurité conservatoires depuis le 21 décembre dernier, et notamment d’une interdiction d’accès au bâtiment principal d’enseignement. Les 388 élèves suivent actuellement leurs cours dans le bâtiment technologique et dans le collège Denfert-Rochereau.

Pourquoi avoir pris la décision de ne pas réhabiliter le collège Bienvenu Martin ?

Plusieurs arguments ont guidé les réflexions conduites : la sécurité, la durée des travaux potentiels et le besoin d’offrir une scolarité adaptée aux enfants, la mixité, le niveau du parc Auxerrois et le taux d’occupation ; enfin, la capacité financière de la collectivité.

Le délai d’installation de modulaires types Algeco serait de l’ordre de 20 mois, avec un coût allant de 827 000 euros HT en location à 5,6 millions d’euros HT à l’achat. La durée des travaux qui seraient à conduire pour la réhabilitation atteindrait 50 à 60 mois. Avec un coût estimé à ce jour à 5,6 millions d’euros TTC. Il faudrait alors proposer aux élèves, aux enseignants et aux familles, une nouvelle organisation à compter de septembre 2019. Or les quatre collèges situés à proximité ‒ Paul-Bert, Albert Camus et Denfert-Rochereau à Auxerre, Jean-Bertin à Saint-Georges-sur-Baulche ‒ présentent 700 places disponibles. Avec des installations et une offre pédagogique de qualité.

Au-delà du collège Bienvenu Martin, pourquoi avoir engagé une réflexion sur les autres territoires ?

L’Yonne a subi, en trente ans, un recul de plus de 30 % de ses effectifs de collégiens (de l’ordre de 21 000 élèves en 1986, contre moins de 14 000 aujourd’hui). Dans le même temps, le nombre de sites accueillant les collégiens est passé de 28 à 33. Cette situation aboutit actuellement, sur certains secteurs, à une inadéquation entre l’offre éducative et les besoins des élèves et des équipes pédagogiques. En outre, le Département dispose aujourd’hui d’une capacité d’investissement de l’ordre de 31 millions, sur cinq ans, pour entretenir tous les établissements icaunais.

Ces éléments posent la question de l’opportunité du maintien de certains sites, dès lors qu’une solution alternative adaptée pourra être proposée aux familles. Les sites de Bléneau et Saint-Sauveur, en Puisaye, de Brienon-sur-Armançon dans le centre-Yonne, et d’Ancy-le-Franc sont concernés, étant susceptibles de mobiliser à eux quatre une enveloppe de 12 millions d’euros d’investissements. Des solutions peuvent être proposées sur ces territoires, dans le respect des bassins de vie, pour améliorer l’offre éducative, sans préjudice pour les élèves et leurs familles.

Page mise à jour le jeudi 25 avril 2019

Modules

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Site