Bienvenue sur le site Internet du Conseil Départemental de l'Yonne

Santé

Le Conseil Général s’implique pour la santé des Icaunais

Le Conseil Général s’implique pour la santé des Icaunais

Le médiateur santé continue son travail de terrain, soutenu par le conseil scientifique qui a présenté en février ses premières préconisations.

Le 1er février, le conseil scientifique Yonne-Santé, présidé par le professeur Jean-Noël Fabiani, s’est réuni pour la première fois à Auxerre. Une première réunion mais pas un premier échange, puisque, ainsi que le souligne le médiateur santé du Conseil Général (1), le Dr Bernard Chardon, à l’origine de la constitution de cette instance, "ses membres sont au travail et très motivés". La politique Santé développée par le Département a pour objectif de lutter contre la désertification médicale annoncée. "Nos projets dévoilés en juin 2013 lors de la Journée des maires sont en voie de réalisation, souligne le Dr Bernard Chardon. Nous allons réorienter notre recherche de partenariat vers les facultés parisiennes et pas seulement dijonnaises, plusieurs membres du conseil scientifique étant plus au fait des orientations des universités de notre capitale".

D’autres pistes de travail ont émergé pour attirer les jeunes praticiens. Le conseil scientifique préconise de repérer et favoriser les futurs étudiants en médecine icaunais, d’être présent sur les sites professionnels, d’investir les manifestations médicales, de créer un site Internet dédié ainsi que des événements en invitant étudiants et professionnels de santé.

Vers la fin du médecin de campagne

Mais pour être attractif, un territoire doit être doté d’infrastructures et de services. "Les trois médecins de la maison de santé de Terre Plaine sont maîtres de stage à la faculté de Dijon et nous accueillons des étudiants toute l’année pour leur faire découvrir le monde libéral, explique le Dr Richard Champeaux, à l’initiative de la création de cette structure en 2008 à Guillon. Le plan de carrière de ceux qui ne font pas le choix de rester dans le milieu hospitalier est clair : travailler dans une structure pluriprofessionnelle et si possible à proximité d’une grande ville. Il y a de telles possibilités d’installation que pas un n’imaginerait racheter une clientèle ; et s’installer seul en libéral n’a plus d’attrait financier car les honoraires n’ont pas suivi".

Dr Richard Champeaux

Les collectivités locales sont sollicitées : "Les Pays et les communautés de communes doivent comprendre que c’est leur responsabilité de favoriser des regroupements et une organisation de soins entre professionnels ; la santé fait partie de l’aménagement du territoire et les maisons de santé permettent le maintien des pharmacies, poursuit le Dr Richard Champeaux. Mais il ne suffit pas de créer une maison pluriprofessionnelle, il faut qu’il y ait un environnement autour : crèche, collège, couverture haut débit… La maison de santé de Guillon s’est montée avec une collaboration complète de la communauté de communes de Terre Plaine qui a tout de suite compris l’intérêt du projet".

En plus des trois médecins (Dr Richard Champeaux sur la photo ci-dessus), la maison de santé de Terre Plaine compte deux infirmiers (photo ci-dessous), une kinésithérapeute, une podologue, une diététicienne et une psychologue une journée par semaine, ainsi qu’une infirmière déléguée à la santé publique.

Infirmier

Favoriser les regroupements de professionnels

Le Conseil Général a choisi de réorienter son soutien vers les pôles de santé, réseaux de différentes entités (cabinets médicaux, infirmiers, etc.) s’inscrivant dans un projet de santé déterminé et soutenus par l’ARS (Agence régionale de santé) . Dans ce cas, il n’y a pas de local commun, contrairement aux maisons pluridisciplinaires. Le Dr Bernard Chardon appuie actuellement la création de divers pôles de santé, tout particulièrement celui du Grand chablisien (Chablis, Ligny-le-Châtel) et celui de Bléneau (Bléneau, Champignelles, Rogny-les-Sept-Écluses et Saint-Fargeau). Un autre est en cours de constitution dans le nord du département à l’initiative d’un médecin de Pont-sur-Yonne, le Dr Garnier. "Le Conseil Général, pour des raisons budgétaires, sera plus exigeant quant aux nouveaux projets de maisons de santé pluridisciplinaires, indique le médiateur santé. Le soutien aux centres de santé(2) est en attente d’une nouvelle réglementation nationale. L’expérimentation de Domats est néanmoins en cours". Bernard Chardon estime qu’ "il serait raisonnable qu’il y ait une unité de pensée à l’échelle des territoires". La future organisation de la santé dans le département pourra compter sur un maillon supplémentaire avec la télémédecine, un terme qui regroupe la téléexpertise et la téléconsultation. Une expérimentation sera lancée avant la fin de l’année à la maison de santé de Terre-Plaine (voir ci-dessous), en lien avec les Ehpad du sud du département. Afin d’échanger autour de toutes ces thématiques, le Conseil Général souhaite organiser prochainement des "Assises de la médecine rurale" rassemblant élus et médecins, en présence du conseil scientifique dont la prochaine réunion est prévue le 21 juin.

(1) Interface entre les élus, les professionnels de la santé et les administrations. Le Dr Bernard Chardon travaille en collaboration avec l’ARS (Club régional de santé, réflexion sur la stratégie nationale de santé…).
(2) Les professionnels sont salariés d’une collectivité.

La télémédecine

La maison de santé de Terre Plaine a été retenue par l’ARS (Agence régionale de santé) pour participer à un projet de télémédecine en dermatologie et en gériatrie sur les Ehpad (Établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) du département. Une expérimentation qui se déploiera courant 2014. "Le terme télémédecine regroupe deux volets, explique le Dr Richard Champeaux. La téléexpertise, où le professionnel de santé envoie un résumé de dossier avec un problème à résoudre à un expert (cardiologue, dermatologue, diabétologue ou autre) qui dispose d’un temps donné pour lui répondre. Et la téléconsultation, une consultation programmée et simultanée à l’aide d’une caméra avec le médecin, le patient et l’expert ; celle-ci permet de gérer des problèmes de dermatologie".

"L’expérimentation vise à montrer que la téléconsultation permet en journée de régler le problème de demandes de soins non programmées dans les Ehpad, en particulier pour éviter l’hospitalisation des patients. Elle rend également possible le suivi depuis la maison de santé des pathologies aiguës pour lesquelles le médecin a mis un traitement en place". Le projet nécessite des infrastructures spéciales : un système installé dans la maison de santé et chez les experts concernés, des connexions internet très haut débit, une plateforme de télémédecine sécurisée (la plateforme bourguignonne), l’équipement technique des Ehpad impliqués. "Il faut également que les professionnels s’approprient l’outil. L’expérimentation en gériatrie va défricher le terrain pour pouvoir, dans les années à venir, s’appliquer à toutes les structures qui en feront la demande".

→ En savoir plus : Le Bulletin Yonne Santé est consultable dans la rubrique Autres publications .

Le Conseil scientifique Yonne-Santé en détail

Les membres qui le composent interviennent bénévolement : Professeur Jean-Noël Fabiani, chef du Service de chirurgie cardiovasculaire au Centre hospitalier européen Georges Pompidou à Paris, également en charge de la chaire "Histoire de la médecine". Docteur Martine Pellae, médecin nutritionniste au Centre hospitalier Bichat à Paris et divers Centres de santé. Docteur Denys Barrault, médecin du sport, ancien médecin fédéral de la Fédération française de judo, secrétaire de l’Association des médecins du sport. Professeur Jean-Noël Beis, titulaire de la chaire de médecine générale à l’Université de Dijon.

Conseil scientifique Yonne-Santé

De gauche à droite : le Dr Denys Barrault, André Villiers, le Pr Jean-Noël Fabiani (debout), le Dr Bernard Chardon et le Dr Martine Pellae.

Page mise à jour le mardi 01 avril 2014

Modules

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Site