Bienvenue sur le site Internet du Conseil Départemental de l'Yonne

Insertion Travail

L’insertion par le travail

L’insertion par le travail

Quatre outils d’insertion professionnelle aident les personnes éloignées de l’emploi à faire face au contexte économique dégradé par la crise sanitaire de la Covid-19. Soit 21 structures conventionnées par les services de l’État et réparties dans l’ensemble du département.

L’insertion par l’activité économique permet aux personnes les plus éloignées de l’emploi, en raison de difficultés sociales et/ou professionnelles particulières (âge, état de santé, précarité) (1), de bénéficier d’un accompagnement renforcé destiné à faciliter leur insertion professionnelle. L’Yonne compte 21 structures spécialisées, regroupées en quatre familles : les ateliers et chantiers d’insertion (ACI), les associations intermédiaires (AI), les entreprises d’insertion (EI) et les entreprises de travail temporaire d’insertion (ETTI). Elles interviennent dans tous les secteurs d’activité : agriculture, environnement, espaces verts, bâtiments et travaux publics, collecte, traitement et recyclage des déchets, nettoyage, blanchisserie, transport logistique, sous-traitance industrielle, restauration, administration, informatique…

UNE ADAPTATION AU MARCHÉ DU TRAVAIL LOCAL

"Les structures d’insertion par l’activité économique permettent de conduire des actions communes en cohérence avec les besoins locaux du marché du travail, précise Antoine Bonacorsi, chargé de mission Pacte territorial d’insertion à la direction Prévention et Insertion. Elles perçoivent les revenus commerciaux de leur activité (de façon contrainte en ce qui concerne les ateliers et chantiers d’insertion qui interviennent sur le secteur non marchand) et sont soutenues par l’État". L’embauche des personnes en insertion ouvre ainsi droit, dans la limite du nombre de postes fixé par convention avec l’État, à une aide financière (l’aide au poste d’insertion).

Cette aide diffère selon le type de structure. Elle intervient en contrepartie de l’organisation spécifique que celle-ci doit mettre en place pour prendre en compte la rotation des personnes embauchées (les parcours d’insertion sont généralement limités à deux ans), leur plus faible productivité, l’encadrement technique nécessaire à l'accomplissement des missions professionnelles, l’accompagnement socioprofessionnel mené en lien avec les acteurs locaux. Le contrat type est le contrat à durée déterminée d’insertion (CDDI) dans les ateliers et chantiers d’insertion et les entreprises d’insertion. Les associations intermédiaires ont davantage recours aux contrats à durée déterminée (CDD d’usage). Les entreprises de travail temporaire d’insertion embauchent, quant à elles, avec des contrats spécifiques à l’intérim.

UN SOUTIEN CIBLÉ PAR LE DÉPARTEMENT

"L’action du Conseil départemental se concentre sur les bénéficiaires du Revenu de solidarité active (RSA) inscrits dans un parcours d’insertion au sein des ateliers et chantiers d’insertion conventionnés par l’État" souligne Antoine Bonacorsi. Le Département signe chaque année une convention avec l’État pour définir son engagement. En 2020, un budget de plus d’un million d’euros est consacré à la mise en œuvre de leur parcours de retour à l’emploi (2)

(1) Demandeurs d’emploi de longue durée, bénéficiaires de minima sociaux, travailleurs reconnus handicapés, jeunes de moins de 26 ans en grande difficulté.
(2) Aide au fonctionnement et cofinancement des aides aux postes compris.

"50 % de nos salariés ont plus de 50 ans"

Flash emploi services 89 accompagne les personnes dans leurs démarches d’insertion professionnelle dans le Florentinois.

Flash emploi services 89

Adélaïde et Adrien (à droite) ont été embauchés comme ripeurs par la CCSA, après leur passage par Flash emploi services 89 (au centre Isabelle Vendange, la directrice). À gauche, deux chauffeurs de la CCSA.

L’association intermédiaire (AI) ‒ association à but non lucratif régie par la loi de 1901 ‒ recrute des personnes en difficulté, les informe, les met à disposition à titre onéreux d’entreprises, associations, collectivités locales, particuliers, et organise des parcours de formation professionnelle. Lorsque Adelaïde, 49 ans, s’est inscrit à Flash emploi services 89 à Saint-Florentin, il était au chômage. "J’ai travaillé dans le jardinage, les espaces verts, la manutention en supermarché, l’empotage et dépotage de containers, la plonge, j’ai été manœuvre en maçonnerie… "

L’association intermédiaire lui permet d’intégrer la Communauté de communes Serein et Armance (CCSA) comme ripeur. "C’était un rêve d’enfant, quand je voyais faire un cousin en Martinique…" À l’issue de cette période, la CCSA lui propose un contrat à durée déterminée (CDD) de trois mois, qu’il espère voir renouveler. "Je travaille avec deux chauffeurs. C’est un travail mutuel, convivial, chaleureux. Ça donne envie de se lever pour aller au boulot".

Flash emploi services 89 intervient dans des domaines très diversifiés. "Nos publics sont des personnes en recherche d’emploi ou d’un complément d’activité, précise Isabelle Vendange, la directrice. 71 % sont des femmes : des personnes licenciées pour raisons économiques ou de santé. 18 % des personnes sont allocataires du RSA, 9 % sont travailleurs handicapés, 9 % ont moins de 26 ans et 50 % plus de 50 ans". En 2019, Flash emploi services a fait travailler 68 personnes. "Pendant le confinement nous avons enregistré une perte d’activité de 80 %, mais nous reprenons notre rythme d’avant la Covid. La question est de savoir si dans les mois à venir il n’y aura pas des entreprises en difficulté…"

Agir à Avallon, Flash emploi services 89 à Saint-Florentin, Association Pont-sur-Yonne à Pont-sur-Yonne, Entrain à Migennes, Rebondir 89 à Sens, Renouer à Auxerre, Saint-Fargeau, Courson-les-Carrières, Chablis et Tonnerre. 

◊ L’entreprise de travail temporaire d’insertion (ETTI) est une entreprise d’intérim dont l’activité est centrée sur l’insertion professionnelle des personnes en difficulté. Elle propose des missions auprès d’entreprises, et en parallèle effectue un suivi et un accompagnement social et professionnel des personnes. La durée du contrat de travail temporaire peut atteindre 24 mois (renouvellement compris). Les personnes sont salariées de l’entreprise et perçoivent une rémunération au moins égale au SMIC. "Nous accompagnons les personnes, nous les formons, nous les faisons monter en compétences pour qu’elles soient autonomes dans l’entreprise utilisatrice et aient une possibilité d’être embauchées", souligne Charaf Cherki, responsable d’Eurêka à Auxerre. Si l’année dernière Eurêka a tenu ses engagements envers l’État, avec la Covid-19 l’ETTI enregistre une baisse du nombre d’intérimaires et du nombre de missions. "Les entreprises attendaient en septembre pour voir comme les choses allaient se passer".

Déclic emploi à Joigny, Id’ées intérim à Auxerre, Eurêka à Auxerre et Toucy.

◊ L’entreprise d’insertion (EI) opère dans le secteur marchand, mais sa finalité est avant tout sociale : proposer à des personnes en difficulté une activité productive assortie de prestations définies selon leurs besoins (ré-entraînement aux rythmes de travail, formation, accompagnement social…), pour construire avec elles un parcours d’insertion socioprofessionnel durable. Les personnes sont salariées et disposent de tous les droits attachés à ce statut. Le recrutement se fait dans le cadre d’un contrat à durée déterminée d’insertion (CDDI). La durée hebdomadaire de travail ne peut être inférieure à 20 heures et peut varier jusqu’à 35 heures.

Idées 89 à Auxerre

 "J’ai pu prouver de quoi j’étais capable"

Évoluant dans le champ de l’économie sociale et solidaire, les ateliers et chantiers d’insertion (ACI) jouent un rôle essentiel dans la création et le développement d’activités nouvelles.

Mobil’éco

  

Son passage chez Mobil’éco a permis à Sébastien Sesena de se voir financer un CAP/BEP mécanique de maintenance automobile.

Les ACI peuvent exercer dans l’ensemble des secteurs dès lors que les avantages et aides octroyés par l’État ne créent pas de distorsion de concurrence, et que les emplois ainsi créés ne se substituent pas à des emplois privés ou publics existants. Ils concluent avec les personnes en difficulté sociale et professionnelle qu’ils recrutent des contrats à durée déterminée d’insertion (CDDI) de 4 mois minimum, renouvelables jusqu’à 24 mois. La durée hebdomadaire de travail du salarié ne peut être inférieure à 20 heures (sauf difficultés particulières) ni dépasser 35 heures. Les salariés en insertion perçoivent une rémunération horaire au moins égale au SMIC (salaire minimum de croissance). Dans le cadre de leur parcours d’insertion, ils peuvent bénéficier de périodes de mise en situation en milieu professionnel auprès d’un autre employeur, notamment une entreprise.

Sébastien Sesena est arrivé chez Mobil’éco en avril 2019. Il était alors bénéficiaire du Revenu de solidarité active (RSA). "Je suis boucher de formation mais la mécanique me plaît plus. J’ai commencé parce que je n’avais pas les moyens d’aller au garage et j’en fais tout le temps depuis vingt ans". Basé sur le transport solidaire à la demande, la mise à disposition de véhicules et la réparation (des services destinés à des publics bénéficiaires des minima sociaux ou ayant de petits revenus), l’ACI l’emploie à la mécanique. "Il a mis beaucoup d’énergie dans son projet", souligne Patricia Flavien, la directrice. "Ça m’a permis de prouver de quoi j’étais capable et a constitué un tremplin pour essayer de réaliser mon projet", explique Sébastien Sesena qui, accompagné par Mobil’éco et le Plan local pour l’insertion et l’emploi (Plie) de Sens, s’est vu financer par Pôle emploi un CAP/BEP mécanique de maintenance automobile. "Maintenant que je suis diplômé, je suis en attente d’une embauche. Si rien ne se concrétise, j’envisage d’ouvrir ma petite entreprise de dépannage automobile à domicile".

AFR du Créanton à Brienon-sur-Armançon, Amidon 89 à Auxerre, Barre Pénélope à Sens, Émeraude à Saint-Fargeau, Jardins de la croisière à Sens, Jardins du cœur à Auxerre, Le Chênelet à Toucy, Mobil’éco à Sens, Renouer environnement à Cheny-Pontigny, Sitaphy à Auxerre, Vitavie à
Brienon-sur-Armançon.

Page mise à jour le mercredi 23 septembre 2020

Modules

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Site