Bienvenue sur le site Internet du Conseil Départemental de l'Yonne

Personnes âgées

Personnes âgées

Chef de file de l’action en faveur des personnes âgées, le Conseil départemental remplit trois grandes missions : le versement de prestations, l’accompagnement des personnes et la tarification des établissements.

Préserver l’autonomie DES PERSONNES ÂGÉES

LES MISSIONS À DESTINATION DES PERSONNES ÂGÉES ONT CONNU DES RÉFORMES IMPORTANTES AVEC NOTAMMENT L'ADOPTION, EN DÉCEMBRE 2015, de la loi d'Adaptation de la société au vieillissement. Celle-ci a intensifié le rapprochement avec les personnes handicapées et acté un renforcement du rôle de chef de file du Conseil départemental. Dans la continuité, la concertation grand âge et autonomie, dont les travaux ont été initiés en octobre 2018, vise à préparer une future grande réforme.

Le Conseil départemental est inscrit dans cette démarche avec l’élaboration du Schéma départemental autonomie, qui prend en compte les besoins des personnes âgées (et des personnes handicapées) autour de plusieurs objectifs : le maintien à domicile par une plus grande structuration des services d’aide à domicile, une meilleure coordination des intervenants et l’adaptation des logements ; la mise en place d’une logique de parcours pour éviter les ruptures notamment en cas d'hospitalisation ; le développement d'une offre d’hébergement intermédiaire entre domicile et
établissement et des leviers permettant la participation des personnes à la vie sociale ; le soutien aux initiatives locales en matière de mobilité ; la diversification de l’offre médico-sociale.

UN PLAN D’AIDE POUR RESTER À DOMICILE

Le Conseil départemental verse l ’Allocation personnalisée d’autonomie (Apa) à domicile, qui sert à payer tout ou partie des dépenses nécessaires pour permettre à une personne de plus de 60 ans de rester vivre chez elle. Cette allocation est délivrée à l’issue d’une évaluation de la perte d’autonomie et modulée selon les ressources. De cette compétence découle une mission de suivi des personnes par les travailleurs médico-sociaux, mais également par la Méthode d’action pour l’intégration des services d’aide et de soins dans le champ de l’autonomie. La Maia coordonne les partenaires sur le territoire et gère les cas complexes pour éviter les ruptures de parcours.

DÉCLOISONNER LES ÉTABLISSEMENTS

Le Département verse aussi l’Apa en établissement, qui vise à couvrir les dépenses liées à la prise en charge de la dépendance. Il peut également octroyer l’aide sociale à l’hébergement aux personnes qui n’ont pas les ressources pour assumer les dépenses hôtelières de leur Ehpad (1).
Le Conseil départemental est chargé de la tarification des établissements, dans le cadre du taux directeur d’évolution des tarifs fixé par l’assemblée départementale. "Lors du dialogue budgétaire annuel, le Département analyse individuellement leurs comptes et établit un tarif d’hébergement qui doit couvrir un socle minimum de prestations et répondre à leurs besoins budgétaires", indique Louis Bedessem-Porte, directeur Autonomie Handicap Dépendance.

"Dans l’Yonne, nous avons un nombre de places important en maisons de retraite, mais un immobilier vieillissant, poursuit Guillaume Marion, directeur général adjoint du Pôle des solidarités départementales. Avec l’ensemble des acteurs du grand âge, le Département imagine l’Ehpad de demain : des maisons de retraite qui se concentrent sur l’accompagnement de la fin de vie, et aussi une ouverture sur l’extérieur pour accompagner le maintien à domicile".

(1) Établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes.

Isabelle JOAQUINA

"Répondre aux nouveaux besoins de nos aînés est notre priorité et l'enjeu de demain, comme privilégier le maintien à domicile, leur offrir une solution de logement diversifiée, lutter contre leur isolement, favoriser la pratique sportive…"

Isabelle Joaquina, vice-présidente du Conseil départemental en charge des personnes âgées

EN CHIFFRES

  • 4 285 bénéficiaires de l’Apa à domicile
  • 4 320 bénéficiaires de l’Apa en établissement
  • 1 242 bénéficiaires de l’aide sociale à l’hébergement
    (chiffres au 31.12.2018)
Colette Jouault

"Sans plan d’aide je ne pourrais pas rester à mon domicile"

Colette Jouault vit seule dans son appartement à Chablis. Elle est  aidée depuis 2015 par l’Allocation personnalisée d’autonomie (Apa) et bénéficie d’un plan d’aide de 24 h par mois. Le service prestataire intervient pour de l’aide à la toilette, des tâches ménagères, un accompagnement en courses, chez le médecin, des promenades… Ancienne préparatrice en pharmacie puis secrétaire médicale, Colette Jouault gère elle-même sa prise de médicaments.

"C’est ce qui me permet de rester à mon domicile et c’est une présence sûre. Sans cela je serais obligée d’appeler à l’aide mes enfants qui vivent en région parisienne. Car je ne me vois pas du tout en établissement". Son fils aîné est son référent et assure un lien entre elle-même, sa famille, le milieu hospitalier, le corps médical, le service d’aide à domicile.

Malika Duperron - Daniel Houy

"Ici nous partageons la vie de famille"

Hébergé depuis 2013 chez Malika Duperron, accueillante familiale à Villeneuve-la-Dondagre, Daniel Houy a sa chambre dans une aile réservée aux deux pensionnaires (la seconde étant une personne en situation de handicap). C’est là qu’il prend habituellement ses repas, devant son programme télé ou son ordinateur (hormis le week-end ou l’été, collectivement en terrasse). "Ma mère est en maison de retraite mais ici c’est complètement différent. C’est familial. On partage tous les moments : Noël, le Jour de l’an…"

Avec un faible pour les vacances d’été : "Chaque année, on part deux mois en vacances au Maroc. J’adore !" Ancien horticulteur, Daniel Houy prend plaisir à faire le potager et donne volontiers un coup de main aux voisins au hasard de ses promenades. "Tout le monde connaît ici sa gentillesse", souligne Malika Duperron.

Patricia Masson

"Je vais chez les personnes âgées évaluer leur perte d’autonomie"

Coordinatrice territoriale de l’aide au maintien à l’autonomie, Patricia Masson se rend au domicile des personnes âgées pour évaluer leur perte d’autonomie. Elle élabore ensuite un plan d’aide en fonction des besoins qu’elle a pu repérer : aide à domicile pour la préparation des repas, l’habillage, la toilette, l’entretien du logement, les courses, déplacements accompagnés, portage de repas, téléalarme, aides techniques, répit pour les aidants…

Ce plan d’aide est pris en charge en partie par l’Allocation personnalisée d’autonomie (Apa) et réévalué tous les trois ans (sauf sollicitation de la personne). "Nous nous mettons ensuite en lien avec les partenaires (services d’aide à domicile, accueils de jour, infirmières…) pour lancer le plan d’aide. Les services d’aide à domicile nous tiennent par la suite informés si nécessaire. C’est un réseau. Dans les cas complexes, nous pouvons faire appel à la Maia".

◊ DEMANDE D’ALLOCATION PERSONNALISÉE D’AUTONOMIE (APA) : COMMENT ÇA MARCHE ?

L’évaluation de la perte d’autonomie est effectuée dans les deux mois suivant le dépôt du dossier complet de demande d’Apa, après enquête à domicile. La perte d'autonomie se mesure à l'aide d’une « grille Aggir » allant du Gir 1 (perte d'autonomie la plus forte) au Gir 6 (perte d'autonomie la plus faible). Seules les personnes relevant des Gir 1, 2, 3 ou 4 peuvent percevoir l’Apa.

Les personnes évaluées Gir 5 et 6 sont orientées vers les caisses de retraite. Les travailleurs sociaux en charge de l’évaluation apportent également des informations sur les autres aides auxquelles peut prétendre la personne âgée : mutuelle après une sortie d’hospitalisation, Sécurité sociale, caisses complémentaires notamment pour des déplacements véhiculés...

Page mise à jour le vendredi 29 mars 2019

Modules

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Site