Bienvenue sur le site Internet du Conseil Départemental de l'Yonne

Bandeau Tous solidaires contre le Covid-19

Des unités Covid-19 dans les hôpitaux

Des unités Covid-19 dans les hôpitaux

Les hôpitaux se sont organisés pour accueillir les malades du Coronavirus dans des unités spécialisées.

LES CENTRES HOSPITALIERS D'AUXERRE, D'AVALLON, DE CLAMECY ET DU TONNERROIS, AINSI QUE LE CENTRE HOSPITALIER SPÉCIALISÉ DE L’YONNE, sont membres du Groupement hospitalier de territoire "UnYon". Un rapprochement qui a permis de mettre en œuvre une stratégie de prise en charge territoriale et graduée du patient, et ainsi amélioré la fluidité des parcours.

Pour faire face à l’épidémie de Covid-19, les établissements se sont organisés en complémentarité, les hôpitaux de Sens et de Joigny accueillant les patients dans le nord du département. Et une articulation a été mise en place avec la médecine de ville. L’ensemble du dispositif étant visé par l’Agence régionale de santé (ARS), qui régule également les dotations et besoins en matériel.

Photo ci-dessus : La crise sanitaire est passé en stade 3 depuis mars dernier. Le centre hospitalier d’Auxerre a mis en place des mesures spéciales : déprogrammation des activités chirurgicales, interdiction des visites…

DES UNITÉS COVID AVEC DEUX NIVEAUX DE SOINS

Les informations liées au nombre de cas de Covid-19, aux capacités en cas de montée en charge, à l’état des stocks, sont transmises quotidiennement à l’ARS lors d’une conférence téléphonique avec les établissements de Bourgogne-Franche-Comté. Les dispositifs sont modifiés selon l’évolution de la situation : une partie des ressources des services de l’hôpital d’Auxerre ont ainsi été redéployées au bénéfice de la prise en charge des patients Covid-19.

"Les unités Covid comptent deux secteurs, explique le Dr Jean-Baptiste Picque, responsable des unités Covid à l’hôpital d’Auxerre. Le secteur de réanimation avec les patients intubés(1) et un secteur avec des lits de court séjour pour des patients ayant de faibles besoins en oxygène ou des comorbidités (maladies associées) (2)Au départ ce secteur comptait une unité et toutes les semaines nous en avons ouvert une supplémentaire pour répondre aux besoins. Si nous avons un afflux supplémentaire de malades, nous pourrons convertir d’autres unités en unités Covid". Un soir où l’hôpital d’Auxerre ne comptait plus que trois lits disponibles pour toute la nuit, l’hôpital de Tonnerre a pris en charge trois patients stabilisés.

Salle de prélèvements

Salle de prélèvements réservée aux agents du Centre hospitalier d’Auxerre, de la Maison de retraite départementale de l’Yonne et du Centre hospitalier spécialisé de l’Yonne.

DES PERSONNELS SOIGNANT À L’ÉPREUVE

"Au départ de l’épidémie, les unités Covid accueillaient surtout des actifs et des jeunes retraités dynamiques (notamment un résident secondaire parisien parti se confiner à Clamecy), souligne le Dr Jean-Baptiste Picque. Cette semaine,(3) nous recevons également des résidents de maisons de retraite, car certaines sur le territoire sont durement touchées".

Les personnels soignants des hôpitaux sont soumis à rude épreuve : "Nous avons déploré un décès cette nuit et deux jeunes infirmières de 22 et 23 ans ont du faire la toilette minimale, avec housse, puis nettoyer la housse, poursuit le Dr Jean-Baptiste Picque. Cela les a fortement marquées". "Après il faudra mesurer les conséquences psychologiques", indique Valérie Vicquelin, cadre des consultations externes, référente sur la filière ambulatoire. Des dispositifs ont été mis en place pour offrir un moment d’écoute aux professionnels de santé. "Ils peuvent également solliciter leur encadrement qui est là pour écouter, rassurer, ajoute Marion Teyssier, ingénieur qualité. Ce sont un peu des chefs d’orchestre en ce moment".

UN SOUTIEN QUI FAIT DU BIEN

Alors les applaudissements tous les soirs font chaud au cœur. "À titre personnel ils me font très plaisir, indique le Dr Jean-Baptiste Picque. D’habitude on applaudit plutôt dans les stades de foot et je trouve que c’est un juste retour des choses. On se recentre un peu sur les fondamentaux de l’existence". Les dons, les cadeaux, les témoignages écrits sont également très appréciés et donnent un regain de force pour la journée. Mais, ainsi que le résume Marion Teyssier : "Ce que nous voulons, c’est être en capacité d’accueillir tous les malades". Et pour cela tous les professionnels de santé insistent : "Il faut rester chez soi et respecter le confinement".

(1) 17 lits à disposition le 9 avril, 5 de réserve supplémentaires (au bloc opératoire) si saturation.
(2) 4 unités de 20 lits dédiées au 9 avril
(3) Du 6 au 9 avril.

 UNE SOLIDARITÉ TERRITORIALE

 • La polyclinique Sainte-Marguerite a mis à la disposition du centre hospitalier d’Auxerre une équipe d’infirmiers anesthésistes et du matériel afin d’augmenter les capacités d’accueil de patients Covid-19.
 • Le centre hospitalier spécialisé de l’Yonne a renforcé l’équipe d’agents d’entretien.
 • La résidence "Le Petit Pien" et le centre hospitalier de Tonnerre accueillent les patients de soins de suite et de réadaptation pour libérer des lits.
 • Les centres hospitaliers d’Avallon, de Tonnerre et de Clamecy ont défini un circuit d’orientation et de prise en charge de patients Covid-19 stables.
 • La Maison de retraite départementale de l’Yonne a proposé ses services dans la sphère médico-sociale.
 • Les établissements pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) sont accompagnés par l’équipe mobile de gériatrie du centre hospitalier d’Auxerre.

Page mise à jour le lundi 27 avril 2020

Modules

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Site