Bienvenue sur le site Internet du Conseil Départemental de l'Yonne

Bandeau entretien président

Entretien avec le Président du Conseil Départemental

Réélu à une large majorité le 1er juillet dernier, le président du Conseil Départemental de l’Yonne, Patrick Gendraud, présente sa vision de ce nouveau mandat qui le place à la tête du Département jusqu’en 2027.

L'Yonne de l'expérimentation, l'Yonne de l'innovation

Patrick Gendraud, avec 34 voix sur 42, vos collègues conseillers départementaux vous ont quasi unanimement désigné comme le chef de l’exécutif départemental. Vous attendiez-vous à fédérer autant derrière votre candidature ? 

PATRICK GENDRAUD. On n’est jamais sûr de rien quand il s’agit d’une élection. Cela dit, je crois avoir fait le job lors de la campagne des départementales, à la tête d’une majorité, Droite-Centre et Indépendants, engagée pour l’Yonne et ses habitants, sous une bannière unique : Nous nous sommes « Unis pour l’Yonne ». Et malgré une abstention record, les électeurs qui se sont rendus aux urnes, ont fait le choix de nous faire confiance. Ils ont vu l’unité, le sérieux de notre démarche et se sont reconnus dans notre programme. Au final, sur les 18 binômes « Unis pour l’Yonne » en course à cette élection, 16 ont été élus ou réélus. Le troisième tour pour le perchoir s’est donc avéré être le reflet de cette union et je remercie mes collègues de s’être fédérés derrière moi. Je suis à la fois ému, fier et honoré de leur confiance.

Vous voilà donc à la tête et pour six ans, d’une nouvelle équipe. Comment avez-vous constitué votre exécutif ?

PATRICK GENDRAUD. Je tenais tout d’abord à respecter la parité homme-femme et à veiller à une représentativité équilibrée des territoires composant le département de l’Yonne. C’est la raison qui m’a conduit, dans un premier temps, à ne pas choisir deux élus d’un même canton pour remplir la fonction de vice-président. Ensuite, il y a toujours un noyau dur comme on dit, des femmes et des hommes loyaux, fidèles et disponibles, sur lesquels on peut compter. Bien sûr mon choix a été difficile, mais il s’est donc tourné vers celles et ceux qui remplissaient ces obligations tout en présentant les compétences essentielles et indispensables à la conduite de leurs futures fonctions. Ajoutez à cela un peu de sang neuf, celui de celles et ceux qui ont été élus de haute lutte pour certains, un peu de jeunesse aussi et vous aurez la recette de ce que je considère être un bon exécutif pour défendre, non pas nos propres intérêts d’élus, mais bel et bien ceux de l’Yonne et de ses habitants.

Et cela passe par une vision. Laquelle est-elle ?

PATRICK GENDRAUD. C’est une vision responsable mais ambitieuse et à la hauteur des attentes des Icaunaises et des Icaunais. J’aimerais que nos lecteurs aient bien conscience que le Conseil Départemental, c’est avant tout une action sociale, un accompagnement du quotidien et la pratique de la proximité. Être présents aux côtés de chaque habitant de l’Yonne tout au long de leur vie, de la naissance au grand âge, dans la réalisation de leurs projets comme dans les moments difficiles, c’est notre raison d’être. Cela s’appelle la solidarité. Cette solidarité n’est cependant viable de nos jours que si elle est active. Prenons l’exemple des bénéficiaires du RSA, ce Revenu de Solidarité Active que notre collectivité finance. Je ne suis pas de ceux qui pensent que ces allocataires, les plus éloignés de l’emploi et d’une vie sociale épanouie, se complaisent dans cette situation. Je suis convaincu qu’ils souhaitent une situation stable et prometteuse d’avenir. Le Département n’est pas, ou ne doit plus être, un simple payeur d’allocations. Il doit trouver des solutions et être novateur. Aussi, demain, après le Très Haut Débit pour tous (2023), viendra l’heure des usages du numérique. Nul doute dans mon esprit, de ces usages doivent naître de nouvelles formations, de nouveaux modes d’activités rémunératrices... Nous l’avons bien vu lors des confinements, le télé-travail se développe, ne ratons pas le coche, expérimentons, osons.

L’YONNE, TERRE DE L’EXPÉRIMENTATION 

Nous devons penser « attractivité » ensuite et poursuivre les grands chantiers engagés en la matière. Je pense bien sûr, et je viens de l’évoquer, au Très Haut Débit pour tous d’ici 2023. C’est demain et c’est un engagement fort de notre majorité. Je pense encore à nos routes et ouvrages d’art. Ce mandat doit nous permettre de concrétiser de grands chantiers tels que les déviations de Sens et d’Auxerre... Mais être attractif, c’est aussi assurer des essentiels de vie comme j’aime à les appeler. C’est aller chez le médecin, utiliser les services publics ; quand il y en a me direz-vous... Et bien là aussi, expérimentons, développons la télémédecine, salarions les médecins quand cela peut être fait, imaginons de nouvelles maisons de santé… N’hésitons pas un seul instant ; entreprenons tout ce que nous pouvons entreprendre. Que risquons-nous ? La réussite ? Prenons l’exemple de la problématique de l’accès aux services publics dans nos territoires ruraux. Nous avons osé, nous avons expérimenté un système de Bus des Services Publics itinérant sur nos petites communes. Ça fonctionne ! C’était attendu ! Il fallait juste le faire… Nous l’avons fait. J’ai bien conscience que ce ne sont là que de petites victoires ; mais ce sont des victoires, au service de nos administrés. Demain, en coordonnant de la meilleure des manières notre action avec les autres collectivités, en portant ensemble, communes, intercommunalités, Départements et Régions, de nouveaux projets structurants, nous connaîtrons de plus grandes victoires. C’est ma vision tout du moins et chacun devra y mettre du sien, car une fois encore, nous ne sommes pas là pour défendre nos propres intérêts, mais ceux de nos concitoyens.

Éducation, culture et sports, tourisme, environnement et agriculture, trouvent-ils grâce dans cette vision ?

PATRICK GENDRAUD. L’Éducation c’est la base, le pilier de toute société. Nous avons une grande responsabilité envers notre jeunesse, celle de lui donner les moyens et outils, tant de la réussite scolaire, que de la pratique d’une citoyenneté pleine et entière. Pour nous, et c’est une compétence première de notre collectivité, c’est la construction, l’entretien des collèges et la gestion de la restauration scolaire. Mais là encore, il faut être novateur, expérimenter… L’Yonne est riche de patrimoines culturels, touristiques, environnementaux et historiques qui ne connaissent pas toujours la fréquentation, la notoriété qu’ils méritent, et parfois même des Icaunais eux-mêmes. Ce n’est pas faute de développer des politiques en ces matières, avec certaines réussites, d’ailleurs, comme le renouvellement de notre signalétique touristique ou notre Projet Alimentaire Territorial...… Mais nous pouvons aller plus loin, nous devons aller plus loin. Et notre jeunesse peut nous y aider. Je suis sûr même qu’elle le souhaite... Envisageons des parcours, des opérations promotionnelles, avec le soutien, la participation de notre jeunesse, actrice, ambassadrice de leur territoire.

DÉVELOPPER LES LIENS INTERGÉNÉRATIONNELS, INTERSOCIÉTAUX

Imaginons un concours lancé auprès de nos collégiens et des équipes pédagogiques, pour la conception d’une affiche ou d’un carton d’invitation à une exposition se déroulant dans un musée ou tout autre établissement propriété du Département… Ce sont toutes les familles que l’on touche. Allons plus loin encore, ouvrons ces actions à nos aînés, aux personnes en situation de handicap, tissons les liens intergénérationnels, intersociétaux… Et si cela peut fonctionner pour la culture, cela peut fonctionner pour le tourisme, l’environnement,  l’agriculture et les bonnes attitudes alimentaires… En résumé, expérimentons, l’Yonne en a besoin, nous avons 6 ans pour cela, ne perdons pas un seul instant.

Propos recueillis par Christophe Lemeux

42 Conseillers départementaux

Découvrez les 42 élus et les 7 commissions thématiques

Page mise à jour le mardi 14 septembre 2021

Modules

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Site