Bienvenue sur le site Internet du Conseil Départemental de l'Yonne

Pont Germigny

Portrait d'agent

Rétablir la circulation des poissons

Portrait d'agent • Le Conseil départemental a lancé une étude pour restaurer la continuité écologique sous les ponts de la RD34 qui enjambent les deux bras de l'Armançon à Germigny.

Rétablir la circulation des poissons

LA LOI DU 3 AOÛT 2009 DE MISE EN ŒUVRE DU GRENELLE DE L'ENVIRONNEMENT, DITE LOI GRENELLE 1, a instauré dans le droit français la création de la "trame verte et bleue". Celle-ci vise à enrayer la perte de biodiversité en préservant et en restaurant des réseaux de milieux naturels qui permettent aux espèces de circuler afin d'assurer leur cycle de vie.

Ces réseaux d’échanges, appelés "continuités écologiques", sont constitués de réservoirs de biodiversité reliés les uns aux autres par des corridors écologiques. La composante verte de la trame verte et bleue fait référence aux milieux naturels et semi-naturels terrestres, et la composante bleue aux réseaux aquatiques et humides (fleuves, rivières, canaux, étangs, milieux humides…).

Dans l'Yonne, plusieurs dysfonctionnements ont été recensés sur l’Armançon, parmi lesquels "l’appauvrissement des milieux aquatiques et humides" dû à la dégradation et l’artificialisation des habitats, et l’uniformisation des espèces tolérantes aux pollutions. Afin d’être conforme aux directives européennes et en adéquation avec le cadre réglementaire, le Conseil départemental a engagé des études pour entreprendre des travaux de restauration de la continuité écologique sous deux ponts concernés du territoire de la commune de Germigny.

QUEL AMÉNAGEMENT ?

"La caractéristique de ces ouvrages d'art c'est qu'à leur pied une forte chute d'eau crée un effet de seuil, explique Christophe Gapilian, responsable du bureau d'études ouvrages d'art de la direction des Infrastructures du Conseil départemental. Nous devons donc reconstituer la circulation dans les deux sens des poissons et sédiments". La complexité vient du fait que l'Armançon se divise là en deux parties. "Les études vont montrer si on peut ne prioriser qu'une passe et laquelle, et s'il est plus judicieux de créer une engravure dans le radier du pont (recréer une pente légère) ou une passe à poissons. Une autre solution pourrait être de reprofiler la rivière sur une certaine distance, mais l'opération est complexe car elle nécessite des autorisations de tous les particuliers, qui sont propriétaires jusqu'au milieu de la rivière. Nous travaillons en collaboration étroite avec le Syndicat mixte du bassin versant de l’Armançon et la commune de Germigny".

Le bureau d'études va remettre son rapport et le projet, subventionné par l'Agence de l'eau Seine Normandie et le fonds dédié aux Espaces naturels sensibles, sera ensuite soumis au vote des conseillers départementaux. La consultation sera ensuite lancée.

Marie-Laure Capitain, vice-présidente du Conseil départemental, conseillère départementale du canton de Saint-Florentin

"Ces ponts sont à ce jour les seuls pour lesquels nous avons eu une demande par les services de l'État de mise en conformité de continuité écologique. L’étude précisera la nature et la disposition de l’aménagement".

Marie-Laure Capitain, vice-présidente du Conseil départemental, conseillère départementale du canton de Saint-Florentin

Page mise à jour le mercredi 26 juin 2019

Modules

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Site