Bienvenue sur le site Internet du Conseil Départemental de l'Yonne

Accompagnement des bénéficiaires du RSA

Portrait d'agent

Accompagnement des bénéficiaires du RSA

Portrait d'agent • Laure Martycorena accompagne des bénéficiaires du Revenu de Solidarité Active (RSA) dans leurs démarches de retour à l’emploi.

"J’ai accompagné un homme sur une problématique santé et il a retrouvé un emploi en tant qu’électricien alors qu’il n’avait pas travaillé depuis plusieurs années". Laure Martycorena, assistante sociale référente RSA à l’Unité territoriale de solidarité de Migennes, cite des exemples de personnes qu’elle a suivies et qui ont retrouvé le chemin de l’emploi. Cette maman aussi qui, sans diplôme, n’avait jamais travaillé et ne voulait plus que ses journées se résument aux trajets à l’école : "Je l’ai encouragée à s’inscrire dans une structure d’insertion par l’activité économique. La semaine d’après elle commençait et ça fait maintenant deux mois qu’elle travaille à temps partiel : dans les bus scolaires, les cantines, en ménage… Ces premiers emplois apprennent ce que signifie de travailler et permettent de reprendre confiance en soi".

UN RÉGIME DE DROITS ET DEVOIRS

Les personnes entrant dans le dispositif RSA se voient attribuer un référent et sont soumises à des droits et devoirs. Si elles sont très éloignées de l’emploi, elles sont accompagnées par un travailleur social du Conseil départemental, qui va intervenir à la fois sur le volet social et professionnel. "Lors d’un premier entretien, j’essaie de comprendre le parcours de la personne et pourquoi elle se trouve dans cette situation, explique Laure Martycorena, qui intervient sur les secteurs de Migennes, Brienon-sur-Armançon et Saint-Florentin. Nous établissons ensemble un contrat d’engagement réciproque avec des objectifs, sur la base duquel nous allons travailler. Cela peut être de s’occuper de problèmes de santé, qui empêchent de se mobiliser pour trouver un emploi ou une formation, d’aider à s’ouvrir sur l’extérieur, à constituer un dossier Banque de France, à refaire un CV,... C’est très varié et fonction de chaque situation".

UN TRAVAIL EFFECTUÉ ENSEMBLE

Les contrats d’engagement réciproque sont établis pour une durée de six mois maximum et renouvelables, avec des bilans réguliers. Si les bénéficiaires ne respectent pas certaines obligations, ils risquent une suspension de tout ou partie de leur allocation. "Je ne fais rien à leur place, précise Laure Martycorena. Nous réalisons le travail ensemble et s’il y a des démarches qu’ils ne parviennent pas à effectuer c’est à moi de comprendre pourquoi. Je suis là pour les aider à lever les freins. Je travaille beaucoup sur les compétences car tout le monde en a, même ceux qui n’ont pas de diplôme". Lorsque les freins sont levés, ou que la personne est engagée dans une formation longue ou bien est en reprise d’emploi, elle est orientée vers un partenaire du Conseil départemental : Coallia (1) ou Pôle emploi .

L’Unité territoriale de solidarité de Joigny-Migennes réfléchit à la mise en place d’actions collectives pour des personnes rencontrant des problématiques identiques. Après une première expérience sur le retour à l’emploi sur le secteur Joigny-Migennes (avec des demi-journées à thème : garde d’enfants, mobilité, élaboration du CV, simulation d’un entretien d’embauche…), une deuxième action va débuter en janvier sur le secteur de Saint-Florentin.

(1) L’un des deux opérateurs du Conseil départemental (avec Initiactive 89 ) dont le rôle est d’assurer l’accompagnement de personnes plus proches de l’emploi.

Page mise à jour le mardi 27 novembre 2018

Modules

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Site