Bienvenue sur le site Internet du Conseil Départemental de l'Yonne

La passion du dessin

Exposition Bruno Chabert Musée d’art et d’Histoire de Puisaye

Du 15 septembre au 15 novembre, exposition Bruno Chabert au Musée d’art et d’Histoire de Puisaye à Villiers-Saint-Benoît.

Situé au cœur du village, riche de collections associant la sculpture ancienne, les traditions potières et le souvenir de l’architecte décorateur Paul Huilliard (1875-1966), le Musée d’art et d’histoire de Puisaye ouvre ses portes à seconde exposition d’art contemporain cette année.

L'exposition "La passion du dessin" déploiera le travail graphique, écriture et peinture à la fois, du regretté Bruno Chabert (1939-2005) dont les pages dessinées sont aussi un dessein.

Bruno Chabert (1939-2005) est né dans la région de Grenoble dont sa famille est originaire. Il commence son travail artistique dès son adolescence à Grenoble, pendant ses études secondaires, mais il l’interrompt en 1968 pendant quelques années pour étudier la littérature à l’Université Paris VIII de Vincennes. Installé à Paris à la fin des années 50, il travaille dans le milieu du théâtre, consacre sa maîtrise à la correspondance d’Antonin Artaud et de Génica Athanasiou et essaie plusieurs métiers avant de devenir bibliothécaire à la bibliothèque de Versailles. Après avoir longuement hésité entre la littérature et l’art, il reprend sa pratique artistique en 1971 et la poursuit jusqu’à sa mort en 2005.

Puisque pour vivre il devait faire autre chose, Chabert travaillait sans cesse la nuit et durant son temps libre. Son œuvre est nourrie par l’écriture, celle qu’il avait étudié, celle qu’il "écoutait" dans les théâtres, celle qu’il pratiquait presque en secret... Elle se situe aux confins de la littérature et du dessin. C’est un travail totalement abstrait dans lequel il n’y a ni jour, ni nuit, ni aube, ni crépuscule, ni saisons ni description d’aucune sorte… Issu de l’écriture dans sa matérialité graphique, il s’agit d’une forme contemporaine de l’art qui ne s’appuie pas sur un modèle à imiter.

Bruno Chabert a toujours travaillé sur le papier, jamais sur la toile ou sur un autre support, qu’il s’agisse de feuilles libres, parfois de grande taille, ou de carnets manuscrits où le dessin et l’écriture se confondent en une même création graphique. L’utilisation de l’encre prédomine mais l’usage de la couleur s’impose parfois comme une force d’opposition : "l’ennemi c’est la couleur" dit-il un jour. Ce combat interne qui se révèle par des coupures, des déchirures, des assemblages, des grattages est aussi, en lui même, une écriture.

Pour Bruno Chabert, l’écriture est un dessein, le dessein un dessin, le dessin un graphisme, le graphisme une écriture... À partir des années 70, il travaille par séries, sept séries au total auxquelles il donnera des titres : Les Rotring, Les Steelbrush, Les Déchirures, Les Goudrons, Les Assemblages, Les Encaustiques et Les Écritures. Cependant, dans chaque série, peu d’œuvres sont titrées. Chaque série comporte un nombre important d’œuvres, environ entre 40 et 100. Dans son oeuvre, Bruno Chabert a utilisé plusieurs techniques, mais toujours sur support papier de qualité, qu’il choisissait soigneusement. À Paris, il connaissait tous les magasins de papier et se fournissait chez Sennelier : on remarque des feuilles de papier Arches, du papier italien de Fabriano, du velin, du Johannot, du papier fait main et du Canson également. Les dimensions des feuilles les plus grandes sont de 76 sur 56 cm, jusqu’à 33,5 par 26 cm pour les plus petites.

Selon la série, il travaille avec divers matériaux : acrylique, encre de chine noire et de couleurs, pigments mélangés à de la cire… Il faut remarquer qu’il a travaillé avec une économie de moyens, n’hésitant pas à détourner certains matériaux, par exemple en récupérant l’encre de photocopieur. L’ensemble représente une œuvre minutieuse délicate, méticuleuse, recherchée. D’après son entourage, Bruno Chabert travaillait sans cesse, avec constance et minutie, durant tous ses temps libres. Il s’accompagnait de musique baroque, dont il aimait beaucoup les voix. Il travaillait toujours assis, à son bureau (celui de son grand-père), donc avec une très grande proximité à l’œuvre ; il accrochait ses œuvres aux murs pour mieux les étudier et avoir du recul. Bruno Chabert a également réalisé des œuvres photographiques tout au long des années 1960 et 70 avec un appareil Leica.

→ Exposition du 15 septembre au 15 novembre, tous les jours (excepté le mardi) de 10h à 12h et de 14h à 17h.

En savoir plus :

Musée d’art et d’histoire de Puisaye
5, rue Paul Huillard
89130 Villiers-Saint-Benoît
Tél. : 03 86 45 73 05

http://mahvillierssaintbeno.wixsite.com/musee

Rendez-vous mis à jour le jeudi 20 septembre 2018

Modules

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Site