Bienvenue sur le site Internet du Conseil Départemental de l'Yonne

Sapeurs pompiers

Sécurité civile

Les 36 centres d’incendie et de secours et les 96 corps communaux de première intervention de l’Yonne sont motivés par un même objectif : maintenir le service public de secours au plus près des personnes.

2 300 sapeurs pompiers volontaires et professionnels au service de la population

"Courageux", "dévoués" voire "héroïques"… Les qualificatifs ne manquent pas lorsqu’il s’agit d’évoquer les sapeurs pompiers,à la cote de popularité au beau fixe auprès de la population. À cela il convient d’ajouter "disponibles" et "généreux", car si le territoire fait l’objet de cette couverture,c’est majoritairement grâce au volontariat, qui permet à 31 des 36 centres d’incendies et de secours (CIS) et aux 96 centres de première intervention (CPI) de fonctionner sur cette seule ressource. L’organisation des sapeurs-pompiers dans l’Yonne est en effet double : elle repose à la fois sur le corps départemental composé des 36 CIS relevant du SDIS 89 (Service départemental d’incendie et de secours de l’Yonne) et sur les 96 CPI communaux ou intercommunaux. Le Département finance à hauteur de 45 % le SDIS 89 (budget de fonctionnement : 25 millions d'euros), tandis que les CPI sont financés par leurs collectivités de tutelle. Néanmoins, au-delà du commandement opérationnel de ces pompiers, le SDIS 89 contribue fortement à leur fonctionnement.

"Le SDIS soutient les CPI conventionnés en remboursant les indemnités horaires des interventions déclenchées par le centre de traitement de l’alerte, en versant l’allocation de vétérance destinée aux pompiers partis en retraite (réglementairement elle devrait être prise en charge par les communes), en réglant les examens médicaux complémentaires, sans oublier les dotations en équipements tels que des vêtements de protection ou des "sacs de l’avant" comprenant du matériel de secourisme", énumère le lieutenant colonel Jérôme Vincent, directeur départemental adjoint du SDIS. Qui précise que "le Département a souhaité maintenir la contribution 2015 des communes au même niveau que l’année précédente et apportera les compléments nécessaires au budget du SDIS".

Sapeurs pompiers

Un maillage reposant sur le volontariat

La collaboration entre le SDIS et les CPI est formalisée par une convention qui vient d’être réactualisée. Le secours à personne a détrôné le feu en tête des priorités des CPI, pour améliorer encore l’efficacité de la proximité : "Les 96 centres de première intervention permettent de disposer d’un maillage renforcé en étant implantés au cœur de certaines populations, renforçant ainsi l’action de nos centres d’incendie et de secours". Pour conserver cette couverture du département, il faut toujours recruter. À l’exode rural et à la désaffection de l’engagement citoyen s’ajoutent des problématiques spécifiques aux territoires : difficultés de renouvellement et de rajeunissement des effectifs (Puisaye), indisponibilité des volontaires en journée(activité professionnelle à Paris ou en région parisienne pour le secteur nord du département)…

Être sapeur-pompier volontaire demande du temps : pour les interventions et les astreintes, mais également la formation obligatoire, initiale (96 heures pour l’incendie et les opérations diverses, 80 heures pour le secourisme et 32 heures pour le secours routier) ou de maintien des acquis (36 à 44 heures annuelles selon les engins présents dans le centre). "Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues pour contrer ce problème de ressources, souligne le lieutenant-colonel Jérôme Vincent. Certains CPI font peu d’interventions dans l’année, mais s’ils disparaissent ils vont manquer. Notre volonté est de maintenir au maximum ces structures".

La sécurité civile dans l'Yonne

Un bouton pour gagner du temps

Les indemnisations de l’intervention (7,60 euros de l’heure pour un sapeur pompier de 2e classe) et de l’astreinte (9 % de 7,60 soit 68 centimes de l’heure, un pourcentage fixé réglementairement) ne sont pas les motivations qui animent les sapeurs-pompiers. La vraie et unique motivation de chaque sapeur-pompier, qu’il soit volontaire ou professionnel, reste le service public de secours : "Nous nous engageons tous pour cela, du sapeur 2e classe stagiaire jusqu’au colonel", poursuit Jérôme Vincent. La loi impose que chaque citoyen se trouve à 30 minutes maximum d’une structure de secours. Cette durée est ramenée à 20 minutes dans l’Yonne dans des conditions de circulation normales.

Afin d’améliorer encore la rapidité de l’intervention, le SDIS vient de distribuer aux sapeurs-pompiers volontaires des récepteurs individuels d’alerte nouvelle génération : "Le pompier appuie sur un bouton afin de se déclarer disponible", explique le commandant Gilles Roguier, président de l’Union départementale des sapeurs-pompiers de l’Yonne. Plus besoin d’attendre que le volontaire bipé rappelle pour savoir s’il est opérationnel. Un coup d’œil à un écran permet d’avoir toutes les informations pour entrer en contact directement avec les bonnes personnes. Et gagner encore de précieuses minutes pour porter secours…

Les Interventions

Sapeurs pompiers interventions

  • 183 027 appels reçus au centre de traitement de l’alerte
  • 23 758 interventions
  • 77 % de secours à personnes (soit 18345)
  • 8 % d’incendies (1 887)
  • 7 % d’accidents (1656)
  • 8 % d’opérations diverses (1 868)
    (Chiffres 2014)

En savoir plus :

→ www.sdis89.fr

  • Et si vous deveniez pompier volontaire ?

    Vous avez envie d’être utile aux autres et de donner un peu de votre temps dans une activité opérationnelle. Que diriez-vous d’intégrer le corps des sapeurs-pompiers ? Femmes, hommes, jeunes : les centres recrutent des volontaires.

    Et si vous deveniez pompier volontaire ?

Page mise à jour le mercredi 08 juin 2016

Modules

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Site