Bienvenue sur le site Internet du Conseil Départemental de l'Yonne

Éviter la disparition du milieu naturel

Éviter la disparition du milieu naturel

Environnement • Le Conseil départemental soutient l’opération de restauration de la roselière de l’étang de Moutiers-en-Puisaye.

En 2015, le Conseil départemental a lancé un appel à projets relatif à la "protection de la ressource en eaux et des milieux humides dans l’Yonne". Parmi les dossiers retenus(1) figure la restauration de la roselière de l’étang de Moutiers-en-Puisaye par la Fédération des eaux Puisaye-Forterre. Une opération d’un montant global évalué à 99 980 € sur cinq ans, financé à 50 % par le Département, soit 49 990 €.

Située en amont de l’étang et intégrée dans une zone humide de 15,5 hectares traversée par le Loing, la roselière(2) présente un fort intérêt ornithologique. Elle est cependant progressivement étouffée par les saulaies arbustives qui en recouvrent plus de 60 %.

Il est donc décidé de mettre en place un plan de gestion de la roselière comportant une phase d’arrachage des saulaies sur une surface de 12 200 m2, suivie d’une phase d’entretien des milieux. Deux objectifs principaux sont poursuivis : l’amélioration des capacités d’accueil pour les oiseaux (espèces visées : busard des roseaux, héron pourpré, râle d’eau, phragmite des joncs, hirondelle rustique) et la préservation de l’habitat des amphibiens.

Rendre le site aux roseaux

"Ce projet est inscrit dans un contrat global Loing amont, précise Marie Douane, l’animatrice de ce contrat à la Fédération des eaux Puisaye-Forterre. En 2016 a eu lieu l’opération d’arrachage des 12 000 m2 de saules ainsi que la fauche d’un cinquième de la surface des roseaux, pour redynamiser la roselière. Les fauches tournantes continuent par cinquième chaque année. L’objectif est que les roseaux reprennent entièrement le site colonisé précédemment par les saules".

Se pose actuellement un problème qui n’a pas encore trouvé sa solution : comment évacuer les saules arrachés ? "L’évacuation devait avoir lieu durant l’été 2017, mais nous sommes confrontés à une double difficulté. D’une part, du fait de l’humidité, le sol est très peu portant − pour l’opération d’arrachage, l’entreprise (la seule à avoir répondu lorsque nous avons lancé le marché) a dû faire venir une pelle marais de Rennes ! Et, d’autre part, où emmener un tel volume ? La solution de n’évacuer que partiellement ces matériaux est à l’étude". En attendant, le suivi se met en place. Les inventaires devraient être effectués par la Ligue pour la protection des oiseaux, qui réalise des observations ornithologiques sur le site depuis 1982, et le Conservatoire régional d’espaces naturels.

(1) Sur 16 projets reçus, 10 ont été retenus : 7 en fonctionnement et 3 en investissement.
(2) Appartenant au domaine public fluvial géré par les Voies navigables de France.

Une zone naturelle d'intérêt écologique faunistique et floristique

La roselière présente un intérêt particulier pour l’avifaune. On y recense notamment les espèces relevant de la Directive oiseaux : héron pourpré, balbuzard pêcheur, outarde canepetière, œdicnème criard, pie-grièche écorcheur ; ainsi que de nombreuses espèces protégées telles que grèbe castagneux, chevalier guinette, faucon hobereau, bruant des roseaux.

Elle offre également une diversité de batraciens liée à la présence de zones en eaux permanentes et temporaires, ouvertes et forestières.

Page mise à jour le jeudi 30 novembre 2017

Modules

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Site