Bienvenue sur le site Internet du Conseil Départemental de l'Yonne

Fauchage 2015

Portrait d'agent

Agent fauchage

Portrait d'agent • Au volant de son engin de fauchage, Régis Burdeyron dégage les accotements dans le secteur Avallonnais.

Pour la sécurité des automobilistes

Dans la brume de ce matin de mai, Régis Burdeyron progresse méthodiquement le lon de l RD 957 entre Avallon et Montréal. Au volant de son VSV (1), un engin avec faucheuse et épareuse, il dégage les accotements sur près de 2,40 m de large. "L’objectif est d’assurer la sécurité des automobilistes en dégageant la vue et en permettant de voir arriver les animaux, explique l’agent de l’équipe fauchage à l’Agence territoriale routière (ATR) d’Avallon. Cela permet aussi de mieux se croiser sur les petites routes départementales".

Cette première phase du fauchage dure généralement trois semaines et se déroule selon un planning élaboré afin que les engins ne se déplacent jamais à vide (dans un souci d’optimisation du temps) ; le soir, ils sont parqués dans des points de remisage. "À l’ATR d’Avallon, nous avons près de 900 km de routes à faucher (1 800 km pour les deux côtés) et fonctionnons avec deux ateliers, VSV et tracteurs, qui travaillent sur des secteurs différents", indique Philippe Gaveau, l’agent de maîtrise responsable du fauchage et des espaces verts. Régis Burdeyron est sur le site depuis 6h, jusqu’à 13h30. Il est accompagné de Bernard Fougeat, qui appartient normalement à l’équipe signalisation (le Conseil départemental favorise la polyvalence pour optimiser les moyens). "Je suis en protection 100 à 150 mètres avant et dégage à la débroussailleuse ce que Régis ne peut pas attraper : balises, panneaux, carrefours…" Ainsi pas besoin de revenir, tout est effectué en un seul passage.

UN TRAVAIL EN AUTONOMIE

Une autre équipe prendra le relais l’après-midi. "La semaine prochaine nous travaillerons de 12h15 à 19h45, mais ces changements de rythme ne me gênent pas, souligne Régis Burdeyron. Ce qui me plaît dans ce métier, c’est que nous sommes totalement autonomes car nous savons ce que nous avons à faire. Et puis j’aime bien être dehors". Avec la surveillance de la circulation et plus largement de tout ce qui gravite autour de l’engin (panneaux, bornes…), l’obligation sur les petites routes de se garer pour laisser passer chaque véhicule, il le constate : "C’est un travail très prenant et je ne vois pas le temps passer".

La deuxième phase du fauchage interviendra fin juin-début juillet et la dernière à partir de septembre (pendant trois mois), pour la passe "accotements, fossés, talus". En dehors de ces périodes, l’agent du Conseil départemental est employé pour de l’élagage, de la tonte, de la maçonnerie (sur les ouvrages d’art), auprès du mécanicien aussi. L’hiver, comme ses collègues, Régis Burdeyron fait partie du dispositif de viabilité hivernale, avec des semaines d’astreinte comme chauffeur de saleuse. "C’est bien de changer. Et puis ça nous permet d’être en contact avec d’autres personnes car au moment du fauchage, nous sommes assez isolés".

(1) Véhicule service viabilité.

Réussir ensemble la sécurité aux abords des chantiers routiers

Découvrez les dispositifs de signalisation ainsi que la vision de chacun aux abords des chantiers mobiles.
Avec le Conseil départemental de l'Yonne, respectons tous les règles, pour une route plus sûre.

Page mise à jour le jeudi 14 juin 2018

Modules

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Site