Bienvenue sur le site Internet du Conseil Départemental de l'Yonne

Développement et promotion touristique

Canal du Nivernais et Canal de Bourgogne : de formidables atouts pour le département !

Canal du Nivernais et Canal de Bourgogne de formidables atouts pour le département

Le Conseil départemental lance une stratégie de développement touristique de l’Yonne, qui passe par un projet global d’itinérance le long des canaux.

Belges, Allemands, Hollandais et Anglais forment le quarté de tête des touristes étrangers attirés par le département. La variété des paysages, la richesse du patrimoine, l’artisanat, les vins, la gastronomie, représentée tant par les grandes tables que par les petits commerçants (boulangers, traiteurs, charcutiers…), sont pour eux une source incomparable de plaisir gourmand. Autre atout de l’Yonne : les canaux, qu’ils aiment parcourir en bateau ou longer à vélo. Une forme de tourisme en capacité de faire augmenter la durée moyenne de séjour dans l’Yonne, qui plafonnait en 2014 à 1,31 nuit(1)… Mais cette clientèle courtisée par toutes les régions de France et d’Europe est exigeante. En 2015, le trafic était en baisse sur les véloroutes et voies vertes (-3 %) de Bourgogne mais stable sur les voies navigables (+0,7 %) (2). L’attractivité du département doit être entretenue et développée pour maintenir cette fréquentation.

Le Conseil départemental, membre de longue date du syndicat mixte du canal du Nivernais, a pris la mesure de l’enjeu. La loi NOTRe (Nouvelle organisation territoriale de la République) ne lui permettant plus de verser des aides directes aux artisans et commerçants, il a lancé une politique départementale offensive orientée vers l’aménagement du territoire.

Achever les véloroutes en 5 ans

L’Yonne est traversée par deux canaux :le canal du Nivernais, qui relie la Loire à Saint-Léger-des-Vignes (Nièvre) et l’Yonne à Auxerre ; et le canal de Bourgogne, qui relie la Saône à Saint-Jean-de-Losne (Côte-d’Or) et l’Yonne à Migennes. Le long de ces canaux, la véloroute, s’inscrivant dans le Tour de Bourgogne à vélo, est en cours d’achèvement. D’ici 2022, les deux tronçons restant à construire, soit Champs-sur-Yonne / Migennes (canal du Nivernais) et Migennes / Flogny-la-Chapelle (canal de Bourgogne), devraient être achevés (voir ci-dessous).

La traversée de l’Auxerrois représente une opération complexe avec de multiples partenaires : État, Voies navigables de France, Région, communauté d’agglomération de l'Auxerrois, communes (Champs-sur-Yonne, Augy, Auxerre, Monéteau, Gurgy). Il s’agit d’un programme échelonné en plusieurs tranches à partir de 2017, sous maîtrise d’ouvrage départementale, dont le coût est estimé à 2,5 millions d’euros. Il prévoit le passage devant la gare d’Auxerre afin de permettre une sortie vélo. Ce tronçon de véloroute a une double fonction : touristique, mais aussi de desserte de l’agglomération.

Aménager la voie d’eau

"Les élus souhaitent que le schéma de développement touristique en cours d’élaboration (ateliers de travail en juin dans les territoires, adoption fin 2016 - début 2017) débouche sur une véritable stratégie, avec une déclinaison opérationnelle dans les politiques du département, explique Emmanuel Boursault, directeur de l’Action économique et des Politiques territoriales.

L’itinérance par le vélo est inscrite dans le Contrat de destination Bourgogne(3), et la future politique touristique départementale sera tournée à la fois vers la véloroute mais aussi vers toute la voie d’eau correspondante. Cela s’accompagnera certainement de projets d’aménagement de relais nautiques, et nous pourrions ensuite être amenés à considérer la poursuite de la véloroute vers l’Île-de-France". Les études montrent qu'un euro investi sur une véloroute, c'est au moins un euro de retombées économiques par an pour le territoire(4).

Les touristes français ou étrangers sont les bienvenus dans l’Yonne. À nous de leur réserver le meilleur des accueils.

(1) Source : INSEE Bourgogne.(2) Source : Bourgogne Tourisme.(3) En 2014, le Conseil départemental a signé avec la Région le Contrat de canal du Nivernais et le Contrat de destination Bourgogne ; il participe actuellement aux travaux de préparation d'un Contrat de canal de Bourgogne.(4) Source : www.departements-regions-cyclables.org

Le tourisme fluvial dans l’Yonne

Le tourisme fluvial dans l’Yonne

  • 265 km de voies navigables
  • 5 ports de plaisance
  • 7 bases de location
  • 12 742 passages aux écluses sur le canal du Nivernais
  • 3 066 passages aux écluses sur le canal de Bourgogne
    (Sources : Voies navigables de France 2014)

L’action du Conseil départemental

Le coût total des travaux de la véloroute le long des canaux de Bourgogne et du Nivernais et de la rivière Yonne s'élève à 7,3 millions d’euros pour un linéaire total de 171 km. Depuis 2001, le Conseil départemental a réalisé la jonction de 45 km entre la Nièvre et Champs-sur-Yonne ; la jonction de 48 km (finalisée en 2014) entre la Côte-d’Or et Tonnerre ; 12 km sur 48 (réalisés en 2015) sur le tronçon Tonnerre - Migennes entre Tonnerre et Flogny-la-Chapelle. Pour boucler le Tour de Bourgogne à vélo, il reste 64 km entre Flogny-la-Chapelle et Champs-sur-Yonne, pour un budget évalué à environ 3,3 millions d’euros TTC. La jonction entre les véloroutes le long du canal de Bourgogne et du canal du Nivernais avec la rivière Yonne devrait avoir lieu d'ici 5 ans.

  • Traversée de l'Auxerrois : 21 km entre Champs-sur-Yonne et Gurgy nord (de Champs-sur-Yonne à Auxerre par la rive droite, passage devant la gare, passerelle de la coulée verte pour rejoindre les quais, puis par la rive gauche jusqu’à Monéteau, puis par la rive droite jusqu’à Gurgy). Durée prévisionnelle des travaux : 5 ans. Budget : 2,5 millions d’euros TTC. Travaux : entreprises de BTP, sous maîtrise d’ouvrage départementale.
  • Flogny-la-Chapelle - Migennes : 36 km. Durée prévisionnelle des travaux : 3 ans. Budget : 665 000 euros HT. Travaux réalisés en interne au Conseil départemental (régie). 
  • Migennes - Gurgy nord : 7 km. Durée prévisionnelle des travaux : 1 an. Budget : 200 000 euros HT. Travaux réalisés en interne au Conseil départemental (régie).

Canaux de Bourgogne et du Nivernais

Un peu d’histoire

Les canaux, c’est de l’histoire récente : 1832 pour le canal de Bourgogne (242 km, 189 écluses), 1842 pour le canal du Nivernais (174 km, 116 écluses, 2 ponts-canaux), construits pour transporter du fret. Dans les années 1950, le fret fluvial subit la concurrence du transport ferroviaire et de la route. En 1966, le Palinurus, un bateau de commerce, est transformé en péniche-hôtel (20 places) par un ancien journaliste anglais de Reuters, Richard Parsons — il navigue encore aujourd’hui sous le nom de Luciole. Cette transformation est la première d’une série et redonne de l’activité aux canaux bourguignons, à une époque où le commerce finit de disparaître. À partir de 1970, les Anglais donnent une seconde vie au canal du Nivernais avec la plaisance.

Un peu de géographie

La Bourgogne, 1re région fluviale de France par la longueur de ses canaux, doit cette 1re place au fait d’être située à cheval sur les 3 bassins versants de la Loire, de la Seine et du Rhône. Le point de rencontre entre ces 3 cuvettes (situé au sud de Pouilly-en-Auxois), appelé "point triple" par les géographes, offre à la fois une ouverture vers la Méditerranée, l’Atlantique et la Manche. Au XIXe siècle, lorsque la Bourgogne a relié entre elles ses rivières navigables par des canaux (le Nivernais, le Bourgogne et le canal du Centre), un chemin d’eau est apparu, lien entre les quatre départements bourguignons. C’est sur le chemin de halage de ces canaux qu’a été construite la véloroute. Aujourd’hui, la Bourgogne offre près de 800 km de voies vertes : le Tour de Bourgogne à vélo.

→ www.nivernais.org

3 QUESTIONS À...

Anne Jérusalem

Anne Jérusalem, vice-présidente du Conseil départemental en charge du Tourisme, conseillère départementale du Tonnerrois

  1. Le Conseil départemental met en place une politique offensive en direction du tourisme. Par quoi cela passe-t-il ?
    Le Département a décidé, lors du vote du budget 2016, de mettre l’accent sur l’itinérance le long des canaux. Cela concerne le canal du Nivernais et son raccordement jusqu’à Migennes, et le canal de Bourgogne qui va de Migennes à Dijon. À ce titre, il poursuit le programme d’aménagement de la véloroute avec l’objectif d’achever d’ici cinq ans le Tour de Bourgogne à vélo. La véloroute et la navigation fluviale feront partie intégrante du nouveau schéma de développement touristique en cours d’élaboration.
  2. Quels sont les enjeux pour le département ?
     Le développement touristique et donc l’économie. Le Département est engagé de longue date sur le canal du Nivernais, en étant membre du syndicat mixte. Une dynamique s’est créée notamment au travers du contrat de canal. Le tourisme fluvial est un facteur de développement pour tout ce qui se situe à plusieurs kilomètres aux alentours. Concernant le canal de Bourgogne, les discussions sont en cours pour trouver le meilleur moyen de travailler ensemble depuis la Côte d’Or jusqu’au nord de l’Yonne, ce qui représente un grand linéaire et plusieurs intercommunalités. On sent qu’il y a une envie forte.
  3. À côté de l’aménagement, il y a la promotion du département…
    Un Guide du routard sur le canal de Bourgogne est sur le point d’être réalisé. Il sera édité à 20 000 exemplaires et fera état de tout ce qui s’inscrit dans le secteur touristique autour du canal. Ce projet est porté par les offices de tourisme de l’Yonne, qui sont proches du terrain et connaissent tous les atouts et acteurs du territoire, et le Pays de l’Auxois pour ce qui est de la Côte d’Or. Il est financé par les offices du tourisme, soit à travers elles par les communautés de communes. C’est un premier pas, j’espère, vers le contrat de canal en lui-même.
  • Autour des canaux

    Zoom sur l'Association Les amis du canal du Nivernais, l'Hôtel-restaurant de l’Écluse à Chassignelles et l'agence Escapade gourmande...

    Canal du Nivernais

Page mise à jour le lundi 13 juin 2016

Modules

Les Autres Sites du Département

Plan Synthétique du Site